Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Jurassien
Payis Drapél de la France France
Règion Franche-Comtât : dèpartament du Jura
Tipologia silabica
Cllassement per famelye
Mapa
Mapa lengouistica de la Franche-Comtât.En blu lo jurassien et lo burgondan (arpetan).En vèrd lo franc-comtês (lengoua d’oly).
Mapa lengouistica de la Franche-Comtât.
En blu lo jurassien et lo burgondan (arpetan).
En vèrd lo franc-comtês (lengoua d’oly).
Mapa des dialèctos de l'arpetan (en francês). Lo jurassien est a la bise.

Lo jurassien est un ensemblo de dialèctos de la lengoua arpetana prègiê dens lo mié-jorn de la Franche-Comtât. Cen vôt dére qu’est g·eograficament dedens lo massis du Jura et més particuliérament dens lo dèpartament du mémo nom, pendent que lo mié-jorn du Dubs prège pletout lo burgondan. Les frontalyes avouéc los ôtros dialèctos de l’arpetan sont muens lengouistiques que culturâles et historiques.

Des côps, lo tèrmo jurassien est asse-ben empleyê por dèsignér lo franc-comtês, na lengoua d’oly prègiêe a bise de la Franche-Comtât et pués dens los cantons du Jura et de Bèrna en Suisse.

Cârro lengouistico

Lo jurassien est considèrâ coment un ensemblo de dialèctos arpetans, s’èpate dessus los três quârts du dèpartament du Jura en defôr de la zona de Dôla. Il est prègiê notament a Lons et a Sant-Gllôdo. La mêtiêt miéjornâla du dèpartament du Dubs emplèye un dialècto prôcho, lo burgondan.

Ètudes

Lo jurassien, come les lengoues vêsines, a étâ ètudiâ durant lo XIXémo siècllo et pués lo XXémo siècllo.

  • Joseph Thevenin sur lo patoués du Vâldior (1898)
  • Léon Bourgeois Moine sur la Chapèla-des-Bouescs (1894)
  • Oskar Kjellén por la règ·ion de Noserê (1945)

En 1979, la publicacion la plles emportanta est lo Glossaire du haut-parler jurassien (Glosséro du hôt-parlar jurassien) de Paul Duraffourg, Alice et Roland Janod, Cathie Lorge et André Vuillermoz.

En 1994, la publicacion d'un téxto Le Parler du Jura (Lo parlar du Jura) du poète Patrick Simon qu'est oncora hué disponibllo sur lo seto de l'èditor Lacour/Olle[1].

En 1995, la publicacion du lévro sur les Ètudes du jurassien et la Particularité du français parlé dans la région de Morez, Haut-Jura (Particularitât du francês prègiê dens la règ·ion de Morez, Hiôt-Jura) de Jaqueline Robez-Ferraris

Grafia

O y at pas de grafia ni de parlar uniformos. Mas on pôt vére des trèts comons a la pleârt des parlars, principalament lo g et lo j de l'ORB que se prononçont [d͡z], lo ch devient [t͡s], lo s pôt devegnir [ʃ]. Ex : jorn = dze (Salens); chin = tsin (Mignovilard)

Los mots masculins que se finissont per un e en francês devegnont [u], u fèminin ils devegnont [o] ou ben [a]. La plepârt dos mots u plurièl finissont pas avouéc es mas avouéc et.

Gramère

Dens céta seccion, les formes locâles sont endicâyes en grafia locala tant qu'en ORB.

A Salens, come dens lo resto du doméno arpetan, lo premiér groupo est divisâ en doux. Lo groupo 1a -ar devient -er (achetar : oster), et le 1b -iér devient -i (marchiér : martsi)

A La Chapèla-des-Bouescs, LB Moine distingue quatre conj·ugasons : lo premiér groupo en -er, lo -i (èquivalent ux vèrbos en -ir et a des verbos en -er en francês), -ae (por los vèrbos en -êr en ORB) et pués -re.

Ègzemplo de conj·uguèson (Lo Vâldior) :

Vêrbo amar a l'endicatif :

  • Prèsent:
    • dz' aime : j'amo
    • t' aimes : tu ames
    • il/ell' aime : il/el ame
    • nous aimins : nous amens
    • vous aimez : vous amâds
    • Il/le aimant : ils/els amont
  • Empèrfèt :
    • dz' aiméve : j'amâvo
    • t' aiméves : tu amâves
    • il/ell' aiméve : il/el amâve
    • nous aimiins : nous amâvens
    • vous aimévëz : vous amâvâds
    • il/le aimévant : ils/els amâvont
  • Condicionel prèsent :
    • dz' aimerou : j'amerio
    • t' aimerous : tu ameriês
    • il/ell' aimerou  : il/el ameriêt
    • nous aimeriins : nous amerians
    • vous aimeriëz : vous ameriâds
    • il/le aimeriant : ils/els ameriant

Litèratura

Lo jurassien at pas na granta produccion litèrèra, et arriér-més du franc-comtês, ora o y at pas d'ôtor qu'ècrit en jurassien. Los textos los plles significatifs sont los Noèls d'Arbois, et surtôt l'histouére de Vise-lou-Bu.

Céta histouére est probablament la plles cognua de la litèratura jurassiena. El conta les aventures de yon jurassien de Chapéla-des-Bouescs, probablament na veré persona,

Claude-Antoine Pagnier-Bezet (1693-1779) que s'engage dens l'armâ du rê. El arêt étâ ècrite per l'âbè Blondeau en 1781, avouéc les conjectures de Léon Bourgeois.

Textos

Du lévro Contes et légendes de Franche-Comté :

Arpetan jurassien (grafia originâla) Traduccion en francês

Lo vouivro c'est no grand sarpent voulânt que ne voit bê que de n'ôeillou; encoua c't'ôeillou ne tin-u quasiment pais à so têto: c'est no bôlo asse reluisant que n'etello, que s'aippêle n'escarbouclio et que vo devant lo bêto c'ment no lantâno. Le baille no se grand'lumîre que lo sarpent mêmo sembli être tout en fûe, et quand le voule de no montaigne à n'âtro, on cude va n'ellezou. Mon revire-pépé la vî no nêue, en descendant u melin, s'ecchapê de pouits à l'Ermittou, s'ellancie de l'âtre sen de lo revêren pôsê tranquilloment son escarbouclio su no grosse pierro de lo rivo, et s'accoulé longtemps ses alêts sur l'âvo c'ment fant les ouzé que se bâgnant

La vouivre est un grand serpent volant, qui ne voit clair que d'un œil; encore cet œil ne tient-il presque pas à sa tête: c'est une boule aussi brillante qu'une étoile, qui s'appelle escarboucle, et qui va devant la bête comme une lanterne. Elle donne une si grande lumière que le serpent lui-même semble être tout en feu; et quand il vole d'une montagne à une autre, on croit voir un éclaire. Mon arrière-grand-père le vit une nuit en descendant au moulin, s'échapper du Puits de l'Ermite, s'élancer de l'autre côté de la rivière, poser tranquillement son escarboucle sur une grosse pierre du rivage, et secouer longtemps ses ailes sur l'eau comme font les oiseaux qui se baignent."

Tèxto sus lo Vâldior

En arpetan jurassien (grafia originâla)

Lou lu et Lou Renæî

Y avéve na vois i pays on Lu et on Renæî qu'aviant fait martsi pour ëcouëner on grand tsampt en Limma.

Il allirant lou dju devant, mouler liu fassus à la fouardze vouè tsi Boiset.

Lës voirique patchis de grands matin, aprés on bon dëdjunon.

Pou liu mëranda, i poutchirant na bonna tepena de beurrou qu'i catsirant derri l'hadze dës Molæis.

Il aviant crëbin fait dutrës oudjons que lou Renæî desit : «Tins, entends-te, voilé qu'on m'appéle pour filleuler».

—« Et bin,va illi desit lou Lu, on ne det jamés refuser de fére on chrétien; ditandii que t'îrais dze fërai cen que dze pourrai ».

Lou Renæî eut vitou fait son viaidzou; à son retœù, lou Lu illi desit:« Quement illi ais-te mis à nom, à ton filleu.

—«Dze illi ai mis à nom l'Entannon.

—Ès est on saint que dze ne cougnais pês », rëpondit lou Lu.

Vouê lës neut hurës  Voilé qu'on m'appéle oncou pour être parrain », desit Lou Renæî.

Et i n'a pès setôt la parmichon di lu qu'i pæî.

È se paisse pru na boun'hura devant qu'i revigne.

« Et ton nouvià filleu, quement l'ais-te nommé ?.

— Ès-est na fille.

Dze illi ai mis à nom La Moiti.

— Drôlou de nom, tout de mémou », reprit Lou Lu.

Pour la trëgima vois, à onze hurës, Lou Renæî dit qu'il est oncou appelé pour être parrain.

Ceti cô, i ne va pês, i cœù, et à bout de na demi-hura il a redjoint.

Et don nom ceti viaidzou ?.

—Tout fripé, tout remaissé », dit Lou Renæî.

A midi, «Dze sis dza bin sô; dzai fam et së », dit lou lu.

— « Allins mërander » rëpond lou Renæî.

A pouinna arrevés derri l'adze, lou Lu treuve la tepena vouida.

«C'est të, dit-ti Renæî, qu'ais medzi lou beurrou », et i veut lou dëvouèrer.

« Més nenet,mé nenet; ès-est crebin të, dit-i i Lu, ëpi ce n'est pès cen, on va lës doua se custi ice à selu pou droumi on sounnou; li qu'ëra lou tin mô quand on se rëveillera, c'est li qu'ëra medzi lou beurrou ».

I se cùtsant, lou Lu sô, s'endouæî tout dret

Lou Renæî ne douæî que de n'uillou, et tout bélament sans brit. pesse i tiu di lu.

I réveil, ê fit oncou na fouaitcha disputa.

Pou calmer lou Lu. lou rusé compére illi desit.

«Ė n'est pès cen :dze sais que pou la féta La Gapita a fait on grià de couma pou ses catiers

Il est à la cava lé derri, devæî lou clieu Pendant.

Allins-y : è sera bintôt nê ; nion ne nous voira ».

I s'en allirant donc à la riva de la nê, paissirant par lou oar lou larmier et firant bon-bance.

Poutchant lou Renæî vignéve de temps en temps i larmier voir s'i pouyéve repaisser : lou lu qu'ére affamé, n'y penséve guiérou.

Tout d'on cô entre la Gapita, qu'avéve entendu liapé.

Lou Renæî paisse, se save.

Lou lu, trop plein, ne peut paisser.

Mais à fouæîche d'effouæî i travèche, en redzieliant tout son medzi devant la Gapita qu'ô recet dans son devantier.

D'ique i s'en allirant pëtsi en Valliret : Lou Renæî dit à l'âtrou :

« Mets ta tiua à l'aigue, prends gaidja de ne pès rédzi.

Ès-ère ës proumiers frets

Lou bief fit bintôt pris pa la gliace.

«Tire». dit lou Renæî i Lu.

Lou Lu tire se bin qu'i s'arratse la tina : i se fatse. « Calme ta coulère ». dit Lou Renæî.

« La fanna i Brèzou a mis sëtsi dës batèrons à selu ; allins en prendre ion pou t'en fère na tina ».

Assetôt dit, assetôt fait. De lé i s'en vignirant en Valiret, y lirant on grand fu.

« Sâtins voir pa dessus pou celi que sàtera lou mieux. »

Lou Lu sâtit se bin que lou fu prit à sa tiua que fit tout drët dëvouèria.

Ce qui sont devenus aprés. dze n'en sais ren.

Mé më que vous ai conté ce l'histoire quement mon pére me l'a raconté, dze sais bin que toudje les malins profiterant de la soutise et l'ignorance dës imbëciles surtout de lës que se fëriant à pëclier pour illiu gouârdze.

ORB

Lo Lop et lo Renârd


Y avéve na vês u payis un Lop et un Renârd qu’aviant fêt marchiê por ècouènar un grand champ en Lêma (Laime). Ils aléront, lo jorn devant, molar lyors fossiors a la fôrge vers chiéz Bouèsèt (Boiset). Les vê-que partis de grand matin, aprés un bon dèjonon. Por lyor marenda, ils portéront na bôna tupena de burro qu’ils cachiéront dèrriér l’hage des Molârs. Ils aviant crèy’ ben (pôt-étre) fêt doux-três ordons que lo Renârd desét : « Tin, entends-tu, vê-lé qu’on m’apèle por felyolar (= étre parren). » ─ « Èh ben, va, lui desét lo Lop, on ne dêt jamés refusar de fére un crètien ; du tandis que t’irés, je feré cen que je porré. » Lo Renârd ut vito fêt son viâjo ; a son retôrn, lo Lop lui desét : « Coment lui âs-tu mês a nom, a ton felyôl ? » ─ « Je lui é mês a nom l’Entanon. » ─ « O est un sent que je ne cognês pas », rèpondét lo Lop. Vers les nôf hores : « Vê-lé qu’on m’apèle oncor por étre parren », desét lo Renârd. Et il n’at pas setout la pèrmission du Lop qu’il pârt. O sè pâsse prod na bôna hora devant qu’il revegne. « Et ton novél felyôl, coment l’âs-tu nomâ ? ─ O est na filye. Je lyé é mês a nom La Mêtiêt. ─ Drôlo de nom, tot de mémo », reprét lo Lop. Por la trêsiémo vês, a onze hores, lo Renârd dit qu’il est oncor apelâ por étre parren. Ceti côp, il ne vat pas, il côrt, et a bout de na demi-hora il at rejuent. « Et son nom ceti viâjo ? » ─ Tot fripâ, tot remassiê », dit lo Renârd. A midi : « Je su ja ben sol (= fatigâ) ; j’é fam et sêf », dit lo Lop.  ─ « Alens marendar », rèpond lo Renârd. A pêna arrevâs dèrriér l’hage, lo Lop trôve la tupena voueda. « C’est tè, dit-il u Renârd, qu’âs megiê lo burro », et il vôt lo dèvorar. « Mas nané, mas nané ; o est crèy’ ben tè, dit-il u Lop, et pués ce n’est pas cen, on vat les doux sè cuchiér icé a solely por dromir un sono ; lui qu’arat lo cul môl (= molyê) quand on sè rèvelyerat, c’est lui qu’arat megiê lo burro. » Ils sè cuchont. Lo Lop sol (fatigâ), s’endôrt tot drêt. Lo Renâd ne dôrt que d’un uely, et tot bèlament sen bruit, pisse u cul du lop. U rèvely, o fut oncor una fotua disputa. Por calmar lo Lop, lo rusâ compâre lui desét : « O n’est pas cen : je sé que por la féta, la Gapita at fêt un grand gral de coumâ (garniture sur un gâteau) por ses gâtéls. Il est a la câva lé-dèrriér, devers lo cllôs Pendant. Alens-y ; o serat bentout nuet ; nion ne nos vèrrat. » Ils s’en aléront donc a la riva de la nuet, passéront per lo larmiér (fenétra de câva) et firont bombance. Portant lo Renârd vegnéve de temps en temps u larmiér vêre s’il poviéve repassar ; lo Lop qu’ére afamâ, n’y pensâve gouéro. Tot d’un côp entre la Gapita, qu’avéve entendu lapar. Lo Renârd pâsse, sè sôve. Lo Lop, trop plen, ne pôt passar. Mas a fôrce d’èfôrt il travèrse, en regicllant tot son megiér devant la Gapita qu’el recêt dens son devantiér. D’ique ils s’en aléront pêchiér en Valirèt ; lo Renârd dit a l’ôtro : « Mèt ta cova a l’égoue, et surtot prend gouârda de ne pas ragiér (bugiér). » O ére ux premiérs frêds. Lo biéd fut bentout prês per la gllace. « Tire », dit lo Renârd u Lop. Lo Lop tire si ben qu’il s’arrache la cova ; il sè fâche. « Calme ta colère, dit lo Renârd, la fèna ux Brèzons at mês sechiér des batèrons1 u solely ; alens en prendre yon por t’en fére una cova ». Asse-tout dét, asse-tout fêt.

De lé ils s’en vegnéront en Valirèt, ils firont un grand fuè. « Sôtens vêr per-dessus por vêre celi que sôterat lo mielx. » Lo Lop sôtét si ben que lo fuè prét a sa cova que fut tot drêt dèvorâye. Ce qu’ils sont devenus aprés, je n’en sé ren. Mas mè que vos é contâ cela histouère coment mon pâre mè l’at racontâ, je sé ben que tojorn les malins profiteront de la sotise et de l’ignorance des embècilos, surtot de lor que sè feriant a pecllar (crevar) por lor gôrge.


Traduccion en francês

Le Loup et le Renard

D'où vient que personne en la vie

N'est satisfait de son état ?

Tel voudrait bien être Soldat

À qui le Soldat porte envie.

Certain Renard voulut, dit-on,

Se faire Loup. Hé ! qui peut dire

Que pour le métier de Mouton

Jamais aucun Loup ne soupire ?

Ce qui m'étonne est qu'à huit ans

Un Prince en Fable ait mis la chose,

Pendant que sous mes cheveux blancs

Je fabrique à force de temps

Des Vers moins sensés que sa Prose.

Les traits dans sa Fable semés

Ne sont en l'ouvrage du poète

Ni tous, ni si bien exprimés.

Sa louange en est plus complète.

De la chanter sur la Musette,

C'est mon talent ; mais je m'attends

Que mon Héros, dans peu de temps,

Me fera prendre la trompette.

Je ne suis pas un grand Prophète ;

Cependant je lis dans les Cieux

Que bientôt ses faits glorieux

Demanderont plusieurs Homères ;

Et ce temps-ci n'en produit guères.

Laissant à part tous ces mystères,

Essayons de conter la Fable avec succès.

Le Renard dit au Loup : Notre cher, pour tous mets

J'ai souvent un vieux Coq, ou de maigres Poulets ;

C'est une viande qui me lasse.

Tu fais meilleure chère avec moins de hasard.

J'approche des maisons, tu te tiens à l'écart.

Apprends-moi ton métier, Camarade, de grâce ;

Rends-moi le premier de ma race

Qui fournisse son croc de quelque Mouton gras :

Tu ne me mettras point au nombre des ingrats.

- Je le veux, dit le Loup ; il m'est mort un mien frère :

Allons prendre sa peau, tu t'en revêtiras.

Il vint, et le Loup dit : Voici comme il faut faire

Si tu veux écarter les Mâtins du troupeau.

Le Renard, ayant mis la peau,

Répétait les leçons que lui donnait son maître.

D'abord il s'y prit mal, puis un peu mieux, puis bien ;

Puis enfin il n'y manqua rien.

À peine il fut instruit autant qu'il pouvait l'être,

Qu'un Troupeau s'approcha. Le nouveau Loup y court

Et répand la terreur dans les lieux d'alentour.

Tel, vêtu des armes d'Achille,

Patrocle mit l'alarme au Camp et dans la Ville :

Mères, Brus et Vieillards au Temple couraient tous.

L'ost au Peuple bêlant crut voir cinquante Loups.

Chien, Berger, et Troupeau, tout fuit vers le Village,

Et laisse seulement une Brebis pour gage.

Le larron s'en saisit. À quelque pas de là

Il entendit chanter un Coq du voisinage.

Le Disciple aussitôt droit au Coq s'en alla,

Jetant bas sa robe de classe,

Oubliant les Brebis, les leçons, le Régent,

Et courant d'un pas diligent.

Que sert-il qu'on se contrefasse ?

Prétendre ainsi changer est une illusion :

L'on reprend sa première trace

À la première occasion.

De votre esprit, que nul autre n'égale,

Prince, ma Muse tient tout entier ce projet :

Vous m'avez donné le sujet,

Le dialogue, et la morale.


Notes et rèferences

Vêre avouéc

Lims de defôr

This article is issued from Wikipedia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.